Humeur de fin d’année, humeur de toute l’année ; aujourd’hui je suis d’humeur critique. J’ai envie de me livrer en te montrant ce que je pense de toi quand je te croise dans la rue. Et tout n’est pas joyeux.

D’abord, dans n’importe quelle rue passante où je fous les pieds je tombe sur un milliard de jeunes comme toi. Tu as entre 12 et 20 ans, tu portes un jean slim des Stan Smith depuis un an (marche aussi pour les Nike Zoom Stefan Janoski et les New Balance) ; en bonus si tu es une fille tu portes une doudoune Sud Express en hiver et si tu es un gars des t-shirts unis. Tu es le jeune de base. Habillé.e comme tout le monde pour mieux t’intégrer et paraître sympa aux yeux du monde. Je sais déjà que jamais ô grand jamais je ne pourrai te parler plus de 10 minutes. Tes histoires banales, tes blagues pompées sur une page Facebook et ta fâcheuse tendance à vouloir être sympa avec moi m’horripilent.

Je crois enfin être débarrassée des petits ploucs quand je vois ton cousin, le level 2, le jeune cool. Version fille tu préfères les bottines à gros talons noires et tu portes des bagues à pendants et si tu es un gars tu aimes les grosses chaussures et les sweats Supreme. Tu es cool, as beaucoup d’amis, d’humour et une vie sociale au top. La discussion avec toi est, comme prévue, au ras des pâquerettes… malheureusement je n’arrive pas à me passionner pour tes aventures de jeune bourge qui aime fumer des joints et se bourrer la gueule dans de chouettes quartiers. Passons.

Gurl powa oblige je m’attarde sur ton petit groupe de copines. Tu copies tes idoles Rihanna et Beyonce : tu portes des jupes qui mettent en valeur des formes, beaucoup de bijoux, tu arbores un style street et glamour. Tu oses et tu es très féminine, tu fais très attention à ton apparence et tu aimes mettre des légendes très recherchées sous tes photos de profil. Bon on va avouer que tu prends plus de temps pour parfaire ton look que pour étendre ta culture. Ceci dit, t’es sympa, je rigole bien avec toi (oui j’avoue parfois quand je rigole, j’me fous juste de ta gueule). Cependant après 20 minutes je suis un peu en overdose de « les mecs c’est tous des connards » et je deviens dans l’incapacité de répondre à ton interrogatoire pour savoir « il vient d’où ton pull ? C’est quoi ton mascara ? ». Malgré tout je repars toute contente après la centaine de compliments très sincères (« Haaaaaan t’es trop mignonne, t’es tellement bien foutue, j’adore tes cheveux ») que tu as pu me faire. Par contre toi à côté la jeune fille qui passe son temps en leggings et baskets compensées, les extensions lissées et la casquette NY sur la tête, c’est juste du mauvais goût, évite de me regarder de travers aussi.

Un peu plus loin, à la terrasse d’un café, en train de cramer un feu rouge en vélo ou la clope à la bouche en marchant d’un pas assuré, je t’aperçois. Tu portes un jean, des bottines, une chemise ou une blouse 100% coton, tu aimes le cuir le daim et les couleurs neutres ; tu ne t’habilles que dans des petites boutiques (souvent celles de tes potes) et avec des marques assez chères. Tu es un bobo qui se rêve hipster, qui revendique sa coolitude et sa décontraction. En parlant avec toi, j’ai l’occasion de comprendre comment tes voyages (notamment celui en Inde) ont changé ta façon de la vie. Je comprends maintenant mieux pourquoi tu manges bio (voire que tu sois végétarien.ne), tu es écolo et communiste. Sans te vanter tu me montres que tu es ouvert d’esprit et ultra cultivé. Les expos, les concerts et Canal+, tu connais. La discussion est passionnante (comme ta vie), mais je ne peux pas en placer une.

Et puis, il y a toi. L’air sérieux, le regard vers le sol, tu marche à vitesse grand V. Tu te fous de ce que tu portes et tu as à coeur de le montrer chaque jour un peu plus en t’affichant avec des polaires Quechua, des pantalons mal taillés ou encore des t-shirts dauphins : beaucoup de revendications se cachent derrière ton look de prof de maths. Tu es alter mondialiste, anticapitaliste, la mode, ses futilités et la société de consommation ne t’atteignent pas. Autre cas de figure, tu es ultra intelligent(e) (ou au moins tu penses l’être) et donc tu penses qu’un look négligé te donne plus de crédibilité. Je ne pourrai pas en savoir plus sur toi car on ne se parlera jamais, je suis un peu trop stupide, superficielle pour toi.

Ohlala attention, enfin quelque chose de cool. Tu es un mec qui aime porter des chemises fermées jusqu’en haut et des t-shirts Comme des garçons et tu t’es déjà fait draguer par des mecs. Tu es une fille qui porte aussi bien les jupes trapèze que les jeans taille haute. Dans les deux cas tu oses les styles street, excentriques, ainsi que des pièces 70s, 80s et 90s. J’ajouterai que tu passes ton temps sur des sites de fringues et sur Instagram. Tu es un.e fashionnista (oui oui ça existe chez les hommes aussi), une personnalité originale qui s’assume. Et je suis fan de toi. Avec toi je vais pouvoir me faire une chouette après-midi shopping tout en critiquant les passants (ah bon ?).

Toi, je te croise sans te croiser. Tu portes des sarouels, une ateba ou des dread locks et tu aimes les couleurs psychédéliques. Tu n’es probablement pas en état de me parler, mais t’as l’air cool, même si tu dois bien te foutre de ma gueule de petite coincée bourge.

Et malheureusement je croise le regard vide de quelques gars. Une joyeuse bande de blaireaux qui parlent un peu fort, rigolent en voyant une fille et crachent en toute élégance dans la rue. Tu oses mettre un ensemble de foot en pleine rue (je t’assure que si tu étais dans un stade ou bien champion du monde je n’aurais rien dit) car tu es fier de porter sur le dos le nom de ton idole, voire pire le tien (parce que tu as fait personnaliser ton maillot chez Adidas)… tu es probablement un plouc (ou un fan de foot, CQFD)

Finalement mon regard s’arrête sur toi, comment te louper ? Tu as plus de 40 ans, tu portes une jupe courte et du léopard. Tu as un bronzage trop prononcé, une french manucure sur les ongles des pieds et une voix grave. Mon chat, tu es cougar. (Ne m’approche pas s’il te plait)

Ne sois pas fâché.e par ce que j’ai pu dire, et surtout pour 2016, fixe toi comme objectif de rester comme tu es.

Joyeuses fêtes

Et gros bisous Xx

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques anonymes des visites. + d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer