Rappel des faits : 7 janvier 2016, BFM Business consacre une interview à Philippine Dolbeau venue fièrement nous présenter « New School », son nouveau gadget pour automatiser l’appel en classe.

Cette jeune entrepreneuse en première L nous explique comment New School va révolutionner l’école. En quelques mots son « boitier » s’attache à un porte clé et le professeur n’a qu’à démarrer une application mobile qui localise tous les boitiers à proximité pour voir quels élèves sont présents.

Vidéo de présentation du produit : on vous laisse regarder la vidéo à 24 secondes pour comprendre que le plus important au lycée ce n’est pas d’y être mais d’écouter

 

Si Philippine s’acharne à ce point à louer les nombreux mérites de son invention c’est parce que faire l’appel ça prend du temps. Et oui à la fin de l’année cela représente même plusieurs heures mais New School en est-elle pour autant essentielle ?

News School, un graaaand concept

Notre délicieuse lycéenne a donc prévu que les élèves porteraient un petit boitier accroché comme un porte-clé. Oui c’est un peu comme un bracelet électronique pour les prisonniers tout à fait. Une petite menotte funky qui aidera les jeunes souffrant de phobie scolaire à encore mieux appréhender le lycée ! A titre de comparaison : ils seraient 1 à 3% en France lorsque 0,4 % des élèves sont signalés aux directions académiques pour absentéisme. Plutôt que de chercher un nouveau moyen de signaler les absences scolaires, pourquoi ne pas tenter de les éradiquer ? Ah oui ça demanderait une remise en question totale de l’Ecole alors que les choses sont si simples : il suffit de travailler et d’être là pour réussir.

Mais d’ailleurs le temps perdu à faire l’appel l’est-il vraiment ? Ce temps en est un où chacun commence à prendre conscience des autres, il annonce une transition douce du divertissement pascalien vers la rigueur et oui cela prend quelques minutes. Mais cela ne serait-il pas la preuve même des problèmes de notre système scolaire : plutôt que d’alléger les programmes scolaires ou revoir l’organisation des cours magistraux on préfère croire que changer la façon de faire l’appel réglera tous les soucis.

…à la mise en place dangereuse

Comme le disait mon maire bienaimé l’école doit se tourner vers le numérique… mais peut-être pas de n’importe quelle façon (je passe sur le fait que porter une balise n’a rien de numérique…), parlons un peu technique.

Les boitiers fonctionneraient grâce à une technologie propriétaire iBeacon. En quelques mots : un logiciel est libre si son code source est publié avec celui-ci (afin de le modifier, de l’améliorer, de s’en inspirer, etc.), sinon il est dit propriétaire car seul ce dernier connait son code. L’Education Nationale a une position plus que critiquable sur le sujet : celle-ci répète qu’il faut utiliser LibreOffice car c’est une solution de traitement de texte open-source mais parallèlement signe des contrats avec Microsoft pour faire de Windows le système d’exploitation utilisé dans tous les collèges et lycées.

"Word c'est trop cher mais utilisez Windows, c'est plus sympa"

« Word c’est trop cher mais utilisez Windows »

Peut-être que la licence copyright de votre puce vous importe peu car vous ne comptez pas modifier votre boîtier mais cela pose des problèmes de vie privée. La technologie est fournie par Apple et qui sait comment celle-ci pourrait s’en servir : localisation à votre issue, revente de données, la liste de potentielles utilisations abusives est longue.

Mais surtout iBeacon est une technologie Bluetooth qui transmet un signal du porte-clé émetteur vers le mobile du professeur. Elle est semblable à NFC et faillible (de nombreux articles y sont consacrés). D’abord le signal peut être intercepté puis être reproduit. Concrètement, cela veut dire qu’un de vos amis peut très bien capter votre signal de votre balise et le reproduire depuis son téléphone, et ce, de votre gré ou non. D’ailleurs, sans imaginer quelque chose d’aussi technique, rien n’empêche à un élève de prendre le porte-clé de l’autre et de fausser l’appel. Deux cas de figures sont alors possibles : le professeur s’en aperçoit et le temps perdu à faire l’appel sera alors le même, il est même possible que suite à de nombreux abus les administrations renoncent à cette technologie, mais cela peut être pire. Le professeur pourrait faire aveuglement confiance à la machine, l’appel serait alors faux et rien ne pourra montrer le contraire puisque les ordinateurs ne mentent pas.

Visuel de New School

Visuel officiel de New School

De la même façon si on oublie ses clés, que fait-on, on retourne chez soi les chercher et on perd une heure de cours (ce serait ironique) ? On prévient le professeur qui perdra du temps à vous inscrire comme bien présent au cours ? Et maintenant si ce sont plusieurs élèves qui l’oublient ou même les perdent ? Autant de temps perdu à montrer que les élèves sont présents et autant de questions auxquelles le site ne répond pas.

Finalement, si l’idée du projet n’est pas mauvaise et partait d’un bon sentiment (gagner du temps pour boucler des programmes surchargés) de nombreuses choses sont à déplorer : le manque de transparence des technologies utilisées par l’Education Nationale, sa façon de penser qu’envoyer un SMS aux parents des élèves absents réglera la situation ou cette réflexion manichéenne qui veut qu’une idée luttant (en théorie) contre l’absentéisme est bonne (voire la meilleure). Tout cela fait de New School le reflet de ce que j’exècre dans l’Ecole. Cependant, soyons optimistes et rappelons que ces reproches vont plus vers l’Education que vers New School et que — qui sait — peut-être qu’un.e jeune réussira un jour à trouver une solution numérique aux problèmes de l’école en prenant exemple sur les travaux de Philippine qui, après tout, ne voulait que faire le bien sans changer le système.

3 Réponses

  1. LeXav

    Le choix de Window$ est souvent un choix de confort. (Mode troll : On ) Malheureusement, les users ne connaissent que cet environnement et sont assez conservateurs dans leurs habitudes ( Quoi ???? ils ont déplacé mon icone ????). Les responsables informatiques choisissent donc windows pour s’éviter des nombreuses heures d’explications et de complaintes de la part d’users un peu paresseux intellectuellement. Il existe pourtant des distributions avec des bureau-menu-fenêtres window$ like (Mode Troll : off)

    L’appel ‘numérique’ ( au delà des considérations techniques que vous soulevez à raison) n’enlève-t-il pas le ‘tour de chauffe’ humain qui démarre le cours ? Mais ça fait peut-être trop longtemps que je n’ai pas fréquenté une salle de cours… 😉

    Répondre
    • Gaspard
      Gaspard

      Pour Windows, si l’école apprenait à tous les élèves à se servir d’Ubuntu (par exemple) peut-être que le monde professionnel se tournerait vers Ubuntu car plus facile d’accès et parce que les jeunes travailleurs auront appris à bosser dessus !

      Pour l’appel du numérique on a des solutions qui n’enlève pas cette petite transition du début de cours. Regardez Pronote, les absences sont enregistrées dessus mais le sont manuellement.

      Répondre
  2. Chaise

    Je rejoins ton avis sur le fait que le concept de New School soit cassé. En fait New School est une solution à un non-problème. L’appel à chaque cours ne solutionnera pas magiquement l’absentéisme. Les absents ont toujours une manière ou une autre de se justifier à la scolarité. Et ceux qui ne le font pas, s’en foutent.

    Les professeurs ne vont pas vraiment gagner de temps. Ils auront de toute façon besoin de vérifier que toutes les tables sont occupées (à cause de la « triche » possible en emportant le boitier d’un(e) camarade). Auquel cas, il demandera « qui est absent ? ». Un élève lève le doigt et dénonce ses confrères absents. L’affaire est réglée en moins d’une minute. Moins de temps qu’il n’en faut pour que le professeur lance le logiciel, démarre la procédure d’appel et constate qu’un de ses élèves pourtant présent en classe est indiqué comme absent sur sa tablette. Effectivement, l’élève a cru bon déposer son sac derrière un meuble en métal qui atténue fortement l’émission de son badge. Et je vous épargne les problèmes d’interférences quand vous vous trouvez dans un complexe scolaire avec beaucoup d’élèves.

    Il y aura un frein de la part des enseignants : ça bouleverse leur workflow. De certains parents aussi : les zondes « toxiques ».

    Ceci dit, pour ce qui est de l’aspect fermé de la chose, je ne suis pas d’accord. iBeacon est le nom commercial utilisé par Apple pour un scénario d’utilisation du Bluetooth Low Energy. Ça n’en fait pas vraiment une technologie fermée, c’est juste que les balises seront soumises à un processus d’approbation d’Apple (Made For i), auquel New School sera obligée de se soumettre si il y a utilisation de la marque iBeacon dans la com’ sur le produit.

    On pourra tout de même applaudir très très fort la prouesse de Philippine Dolbeau : monter une startup et une présence médiatique aussi forte à cet âge, c’est très difficile. Espérons qu’elle trouve LE truc pour améliorer la vie des élèves et des profs.

    PS : Je trouve que le qualificatif « délicieuse » dans « Notre délicieuse lycéenne » plutôt maladroit.

    Répondre

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques anonymes des visites. + d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer