Ce week-end a été riche en actualités. On a d’abord appris le décès de Darwyn Cooke, brillant dessinateur de comics comme Justice League: New Frontier et Before Watchmen: MinuteMen, puis Zlatan Ibrahimovic a joué son dernier match au PSG, mais l’évènement le plus marquant de ce week-end était surtout L’Eurovision. Cette année, c’était la 61ème édition du fameux concours musicale et cela se déroulait en Suède. Et comme beaucoup de personnes, au lieu de m’asseoir dans le salon en regardant l’événement avec ma famille de manière conviviale, j’ai préféré rester toute la soirée devant Twitter et vivre la compétition avec les autres internautes, et je ne regrette clairement pas mon choix. En effet, l’Eurovision est souvent considéré comme un événement étrange grâce à l’esthétique et l’ambiance très particulière de certaines prestations de chanteurs, ce qui crée des moments inoubliables. C’était par exemple le cas de l’hilarante prestation du groupe SunStroke Project (représentant la Moldavie en 2010) qui se transforma en un meme culte : l’Epic Sax Guy. C’est donc dans l’espoir de revoir une prestation de ce genre que je regarde tous les ans l’Eurovision.

Les prestations de l’Eurovision

A 21h, l’émission commence. On assiste à un défilé de mode très particulier qui nous a servi notre dose de WTF et d’incompréhension d’emblée. L’intervention d’un homme torse-nu avec un énorme chapeau blanc en forme d’ourson a tout de suite donné le ton qu’allait prendre la soirée : pas de doute, nous étions devant l’Eurovision.


Cependant, après ce défilé de l’enfer, l’événement prit une tournure un peu plus classique.

La première prestation était celle de Belgique avec une musique funky et entraînante, mais un peu trop “classique”, comme les quelques chansons suivantes qui selon moi, n’étaient pas à la hauteur de la réputation “d’événement ringard et étrange” de l’Eurovision. La prestation de la République Tchèque est oubliable, tandis que celle des Pays-Bas ressemblait trop à celle d’un télé-crochet. D’ailleurs, ça pouvait porter à confusion puisque The Voice était diffusé en même temps sur TF1. On avait l’impression que l’Eurovision s’était un peu trop américanisé. Cependant l’Azerbaidjan et la Hongrie ont été plus convaincants que les précédents grâce au côté kitsch de leur performance. Mais ce n’était encore rien face à l’Italie et sa prestation digne des meilleures kermesses des écoles primaires. Message écolo, décor fait d’arbres en carton et une petite fleur tendue à la fin de la prestation: tous les clichés des spectacles d’écoles de fin d’année étaient présents.


La soirée continua avec une performance un peu trop sobre de l’Israël, qui fut rapidement oubliée quand le morceau de la Bulgarie a commencé et qu’on vit que la chanteuse bulgare était habillée comme un personnage de jeu vidéo customisé…


La chanson de la Suède a été pour moi l’occasion d’aller faire un tour aux toilettes, sans doute parce que la mise en scène de la performance était inexistante et quelques minutes après, on allait avoir le premier moment marquant de la soirée.

En effet, la prestation de la chanteuse Jamie-Lee (rien à voir avec Jena Lee malgré ce qu’on pourrait penser) fut mémorable. Elle était fan de K-POP et de culture asiatique, et ça s’est un peu trop vu. Sa prestation était peut-être doute la plus “WTFesque” de la soirée, sans doute à cause de son côté “contrefaçon chinoise” de Kyary Pamyu Pamyu. C’est à ce moment que les internautes ont commencé à s’enflammer et à réellement rire de l’Eurovision, montrant que Jamie Lee fût à la hauteur du concours… Dommage qu’elle soit arrivée dernière…


https://twitter.com/musicnews_facts/status/731586055632130048
Le 11ème participant était Amir qui représentait la France, et pour la première fois depuis des années, on pouvait être fier de notre pays lors de l’Eurovision car la chanson était entraînante et sa chorégraphie était bien dans l’esprit du concours. De plus, il nous a permis de finir 6ème (ce qui n’était pas arrivé depuis 2002).

Ensuite, le chanteur de la Pologne Michał Szpak a remué Twitter grâce à sa forte ressemblance avec le Youtuber Bob Lennon, et du coup, j’ai l’impression que personne ne sait vraiment attardé sur sa performance.


Le pays qui a suivi était le grand favori de la compétition: l’Australie (même si elle ne fait pas partie de l’Europe, mais chuuut, faut pas le dire) qui a fait un show avec une mise en scène très “Blade-Runneresque”.

Par la suite, on a eu selon le second moment marquant de la soirée grâce au morceau de groupe chypriote Minus One. La chanson était digne des meilleurs AMV Naruto des années 2000 et la caméra allait dans tous les sens: c’était du bon gros n’importe quoi comme on les aime.


Par la suite, on a eu des performances beaucoup moins mémorables, notamment avec la Serbie (avec un danseur venu interrompre le morceau, c’était incompréhensible), ainsi que le morceau de la Lithuanie lui aussi dénué d’intérêt.

La Croatie a relevé le niveau grâce à son incroyable robe digne des meilleurs J-RPG de Square Enix. Ensuite, on a eu la Russie qui a eu le même effet que l’iceberg du Titanic, dans tous les sens de terme. La mise en scène était top, c’était peut-être la meilleure de la soirée.


Après ça, on a encore eu un moment beaucoup moins original avec les passages de l’Espagne et de la Lettonie pour ensuite enchaîner avec la chanson engagée de l’Ukraine venue casser l’ambiance en parlant de déportation et de Staline: un véritable ascenseur émotionnel.

Les passages de Malte et de la Géorgie étaient un peu plus anecdotiques mais l’Autriche a réussi à nous surprendre grâce à la chanteuse Zoë qui a interprété sa chanson en français (alors qu’Amir avait chanté à moitié en anglais pour la France).

Les deux dernières chansons (celles du Royaume-Uni et de l’Arménie) étaient sans doute le moment où les gens ont changé de chaîne car ces deux morceaux étaient encore une fois totalement plus que passables.

Clôture

Heureusement, pour remonter le niveau après ces deux prestations discrètes, Justin Timberlake (qui est venu faire la promo du reboot de Trolls, mais ça c’est une autre histoire) a interprété deux morceaux. Mais ce n’était rien par rapport au final incroyable qui faisait office de “best-of” de L’Eurovision: les présentateurs dansaient, certains groupes cultes du concours comme Lordi sont revenus et il y a avait d’éléments de décors complètement fous. Bref, c’était le monstrueux et absurde bordel qui fait la force de l’Eurovision.

Les notes

L’émission se termine sur la séquence de l’attribution des points, un moment qui a comporté plus de retournements de situations que Game of Thrones. Les deux moments les plus marquants de cette séquence sont sans doute le moment où la Pologne reçut 222 points, ce qui propulsa le pays en haut de classement alors qu’ils étaient derniers, ainsi que l’Ukraine qui a dépassé au dernier moment l’Australie qui était à la première place (je n’ai pas trop compris le système de point mais je l’ai trouvé un peu injuste).

On gardera cependant une pensée émue pour la présentatrice australienne :

Bref, j’ai passé un très bon moment devant l’Eurovision, mais peut-être que cela aurait différent si je n’avais pas passé ma soirée à lire et à écrire tout et n’importe quoi sur l’évènement. J’ai déjà hâte de voir l’édition de l’année prochaine, en espérant que la France fasse preuve de plus de mauvais goût pour qu’on arrive premier (je croise les doigts pour voir Jul chanter en jogging avec une chorégraphie où on voit des gars faire des tours de scooter derrière lui sur la scène).

Une réponse

Laisser un commentaire