4 novembre, le deuxième album studio, Héra, de Georgio sort.

Le second après Bleu Noir et les nombreux autres projets précédents tels Soleil d’Hiver (2013) ou A L’abri (2014). Bleu Noir avait été produit grâce au public de Georgio et à la plateforme KissKissBankBank et s’est tout de même vendu à plus de 20 000 exemplaires en un peu plus d’un an.

Bleu Noir était un album autobiographique, un album profond, pleins de doutes et d’espoir, un album magnifique. Avant la première écoute d’Héra se pose donc cette question : cet album est-il de la même trempe ou alors moins sombre, plus joyeux ? Le rappeur du 18ème est-il plus sûr de lui ou encore rempli de doutes et de questionnements sur l’Homme et surtout la vie ?

Entre notes de pianos et accords de guitare

Si vous en avez marre des instrus électroniques, aux samples redondants et déjà vus, aux ambiances agressives ou trop « planantes », c’est vers Héra qu’il faudrait vous tourner. Georgio a misé sur de belles instrumentales, très émotionnelles et surtout très mélodieuses.

Si on ne s’arrêtait que sur les instrus, on pourrait dire que c’est sombre, très sombre et nostalgique mais résumer le travail des beatmakers à ces 2 termes serait un peu faire preuve mauvaise foi. Toutes les prods de cet album sont magnifiques. Il n’y a pas d’autres mots, on sent un vrai travail sur cet aspect et une volonté de faire quelque chose de nouveau tout en restant dans le style que Georgio prône depuis Bleu Noir.

Des pianos, des guitares, des instruments de tout genre créent des mélodies frissonnantes et terriblement envoutantes. Georgio a même misé sur des chœurs très bien choisis qui ajoutent un côté féminin et encore plus mélodieux.

On peut d’ailleurs noter le “Faith, more, safe, waren  fond sur le premier morceau du projet, L’espoir meurt en dernierCe chœur est originellement présent dans Ultralight Beam, premier son lui aussi, de The Life Of Pablo, le dernier album de Kanye West.

On a tout de même quelques petits synthés qui ajoutent une ambiance plus énergique, plus festive tout en gardant ces mélodies bouleversantes et cette nostalgie dominante. Cela rend les refrains plus rythmés et entrainant, qualité que l’on ne trouvait pas forcement sur Bleu Noir.

Le travail du rappeur de Marx Dormoy (la cité du 18ème arrondissement où Georgio a grandi) effectué est impressionnant. On sent une envie de perfectionner le moindre détail ou accord de guitare, la moindre mélodie ou ambiance et c’est un pur régal auditif. Aucune instrumentale n’est agressive, aucune n’est redondante ou même trop ennuyeuse.

Les couplets sont souvent rappés et les refrains assez osés, chantés, originaux. Chaque instrumentale est en accord avec les différents flows du rappeur. Les beatmakers ont su « marqués » des différences entre ponts, refrains ou couplets et c’est très fort.

On peut certes noter que les instrumentales se ressemblent, que le style est très souvent le même mais étrangement à l’écoute de l’album, on ne le ressent que peu ce qui permet de ne pas se lasser non plus.

On ne peut donc que féliciter Diabi et surtout Angelo pour le travail remarquable qu’ils ont réalisé sur l’album.

Espoir et réflexion

Bleu Noir était un réel album autobiographique, rempli de doutes et d’espoir, la plume du rappeur était magnifique et efficace. Sur Héra, Georgio n’a pas perdu de sa superbe et nous montre encore une fois sa qualité d’écriture incroyable et son don de jouer avec les mots en nous racontant des histoires. Celles-ci n’ont qu’un seul sujet : la vie, sa « source principale d’inspiration ».

Cette fois-ci, Georgio ne nous a seulement pas conté sa vie ou confié ses maux et son désespoir, au contraire. Le rappeur varie ses thèmes, nous raconte des histoires comme il a pu le faire avec Malik. Héra nous raconte la vie d’une personne « lambda », qui parle à tout le monde. Sa manière de le faire est touchante et magnifique.

On est ainsi tenté de faire un parallèle avec Orelsan qui dans le même registre chantait Si Seul. Mais on pourrait tout aussi facilement le rapprocher de Fauve. Les deux cherchent à parler à tout le monde par la simplicité et l’authenticité de leurs lyrics. Cette ressemblance n’est d’ailleurs pas étonnante. Fauve avait en effet invité Georgio sur un morceau en 2014Voyous, sur l’album Vieux Frère – Partie 1.

Les rimes d’Héra sont encore plus belles que sur le projet précèdent. Sa manière de faire jouer les mots et de concevoir ses phrases et leurs rimes en devient simplement magique. Mais Georgio n’est pas pour autant «heureux». On le sent à la fois terriblement nostalgique voire déçu (de la misère, des quartiers laissés pour compte) sans pour autant que cela ne gomme sa volonté d’aller de l’avant et d’oublier sa jeunesse. Cela se ressent particulièrement dans A l’abri quand il dit “J’ai que 21 ans, je laisse parler ma chance, j’ai tiré avec un flingue sur ma jeunesse” . Georgio se cherche peut-être moins que sur Bleu Noir mais il est encore dans ses doutes. Il a encore ses envies de quitter Paris à tout jamais, son désir de brûler son passé :

Si vous croisez mon ex-moi vous pouvez l’étrangler, lui jeter des pierres, le piétiner mais surtout pas le réveiller, je veux plus le voir, je veux pas croire qu’il ait pu existerIci-bas

Ou encore

Ne regarde pas derrière et prends ma main
En plein dans la vingtaine
J’ai l’impression que c’est maintenant ou jamais
On va de l’avant même si les regrets nous courent après L'espoir meurt en dernier

Il fait passer des messages d’espoir sans pour autant se prétendre porte-parole de la jeunesse française. Il s’agit surtout d’exprimer les peurs et les ras-de-bols de cette dernière comme sur No Future.

 “Avenir”, il n’y a plus personne pour sécher tes larmes, face à tes discours on a baissé les bras, ce que tu propose on y croit plus, ici c’est no future, on préfère l’overdose ou bien foncer dans le mur” No Future

Il s’attaque donc à des sujets plus généraux tout en gardant ce côté sincère, touchant voire trash ou oppressant. Mama Rita en est un bon exemple, le rappeur parle des femmes battues à travers une réelle histoire.

Ses textes sont particuliers et lui sont bien propres. Cela rend ainsi Georgio difficilement classable. Ils ne sont ni dénonciateurs, ni vides de sens, ils sont personnels et surtout juste. Ils ne sonnent pas faux quand Georgio les récite sur ses instrumentales.

Ils racontent la vie sans en faire trop, sans être superficiels ou mensongers, ils sont touchants et parlent à ceux qui veulent les écouter.

Un flow nouveau et des techniques renouvelées

Alors que le rappeur s’est amélioré, a évolué dans ses instrus ou dans ses textes, il a pris un tout nouveau virage dans ses flows et s’est essayé à de nouvelles choses et de nouvelles manières de nous conter son quotidien et celui des autres. En effet, Georgio s’est donc testé au slam par exemple, comme sur La Vue Du Sang. Cet essai est d’autant plus réussi qu’on apprécie la prise de risque. Mais le refrain de ce même morceau est lui aussi original, les phrases sont débitées assez rapidement tout en étant coupées les unes des autres et c’est superbement bien fait.

On peut ainsi rapprocher ce titre, dans son flow comme dans le thème, à ce que peuvent proposer des artistes comme MC Solaar ou encore Abd Al Malik. Ce rapprochement est intéressant quand on sait que le rappeur et le slameur font partie des rares artistes “urbains” à être reconnus comme tel.

Mais de manière plus générale, tous les refrains sont différents de ceux qu’on avait pu trouver sur les projets précédents. Georgio a testé de nouvelles choses. Ils sont plus mélodieux et plus chantés que sur des morceaux comme Enigme ou Bercé par le vent.

On pourrait cependant reprocher à Georgio que ses refrains apportent justement un trop grand « contraste ». En effet à coté de ces refrains soignés les couplets paraissent souvent crus, rappés et assez techniques. On change parfois totalement de style dans un morceau du couplet au refrain. On retrouvait d’ailleurs déjà cette construction dans RêveurC’est parfois une qualité mais c’est aussi dommage de marquer une telle différence.

Le refrain de Promis j’arrête est par exemple bien inférieur au reste du morceau — allant jusqu’à le gâcher — alors que les couplets sont magnifiques. Cependant c’est une petite remarque générale, qui se ressent en particulier sur ce morceau, quelque chose peut-être à travailler pour la suite tout au plus.

En s’attaquant à de nouvelles choses, Georgio est sorti de la case «rappeur» qu’on pourrait lui attribuer. Il est arrivé à dépasser et franchir les barrières que certains rappeurs se mettent et c’est tout à son honneur. Grâce à ceci, il réussit à nous faire voyager, à nous faire réfléchir, à nous faire rêver en somme.

Certes, le Georgio de l’époque de Homme de l’ombre ou A l’abri parait loin mais ses nouveaux styles musicaux (slams) ne lui ont fait perdre ni sa plume ni sa sincérité. Ce slam peut parfois faire penser à du Fauve comme sur L’Or De Sa Vapeur Rouge. Ceci déplaira à plus d’un et lui attirera encore de nouvelles critiques. Cependant cela est très bien réalisé et on ne perd pas pour autant le Georgio que l’on aime.

En termes de flows et de technique, on est donc bien loin de Bleu Noir, on trouve ici plus de chants, plus de prises de risques dans les refrains ou même du slam, chose peu habituelle dans le rap français aujourd’hui. C’est très réussi. La  nouveauté et surtout la surprise sont plus qu’agréables.

Ce que apporter Héra

Qu’est-ce que cet album a en plus par rapport à d’autres ? Belle question lorsqu’on reproche aux artistes d’aujourd’hui de ne pas être assez originaux ou de ne pas créer de la nouveauté. Héra répond aux 2 critères, il apporte un réel vent de fraicheur et le style bien singulier de son concepteur.

Georgio a su casser les codes du rap et prendre des risques qui ont encore affirmé son propre style. Sa musique n’est pas faite en fonction des tendances du moment et encore moins pour élargir son public de manière «commerciale». Oui, Héra est un cri du cœur, un combat et un message d’espoir qui s’adressent à qui veut l’entendre. Georgio ne cherche pas à s’afficher ou à se montrer au grand public. On le sent toujours aussi droit dans ses bottes et cet album.

Ce projet peut apporter quelque chose de réellement nouveau dans la manière dont les morceaux sont contés, avec des refrains plus mélodieux, des couplets rappés de façons différentes, avec des textes toujours plus touchants de la part du rappeur.

Héra se différencie de ce qui se fait aujourd’hui dans le rap français. L’album a son mot à dire entre la trap et le «cloud-rap», entre le rap dénonciateur et le rap destiné au grand public.

Et finalement ?

Cet album est tout simplement magnifique. Aucun track n’est en trop, aucun morceau ne fait tâche. Tout est très cohérent et on comprend très bien le message qu’a voulu faire passer Georgio. Un message d’espoir pour aller de l’avant malgré la nostalgie dominante. Tout est bien réalisé. Que ce soit les textes, les productions ou les prises de risques, tout est (presque) parfait. On ne regrettera que les frustrants changements trop brusques entre couplet et refrain.

On y trouve de tout à commencer par son bonheur, que ce soit dans le rap pur et brut, dans la poésie que Georgio revisite ou dans ses ambiances plus calmes.

Un vrai renouveau dans le rap français qui va nous faire du bien, qui va changer de ce qu’on peut entendre tous les jours en radio ou même sur YouTube. Héra est un album qui va nous redonner envie de s’intéresser à ce qu’il peut se faire derrière les grands noms de ce rap.

Georgio est encore une fois intime et émouvant dans ce qu’il nous conte, ses histoires sont encore une fois passionnantes, ses rimes magnifiques, ses couplets incroyables et ses refrains parfois surprenants mais convaincants. Cet album est tout simplement magnifique et terriblement touchant. De la première à la dernière piste, l’album fait frissonner.

Le format est parfait, on ne se lasse jamais et ce n’est pas non plus trop court, on en redemande même et j’attends déjà avec impatience le prochain projet pour découvrir dans quoi Georgio va nous emmener et comment va-t-il nous faire voyager…

Car oui, ce projet est un voyage auditif, presque un bijou musical, ni inférieur ni supérieur à Bleu Noir. Georgio nous prouve encore une fois de quoi il est capable et sa qualité d’écriture est absolument incroyable. Il ne cesse de se faire sa place dans la scène du rap et entrer dans la cour des grands serait d’ailleurs totalement mérité. Héra va peut-être faire passer un palier à Georgio, lui donner une autre dimension dans le paysage du rap français, lui faire élargir son public.

Et on attend que ça…

2 Réponses

  1. Jimbo94

    Ahhh enfin je trouve une critique approfondie de cet album. Et bien je partage votre avis, album magnifique et touchant ! Je ne connaissais pas bien Georgio mais ça me donne envie d’écouter “Bleu Noir” et ses autres projets. Mention spéciale à la bonus track “on rêvait tous de s’envoler” qui est très très lourde, du pur rap français.

    Répondre
  2. Thibaut
    Thibaut

    Bon déjà merci beaucoup, ça me fait plaisir que la critique vous ait plu.
    Ensuite je vous encourage vivement d’écouter Bleu Noir, vous risquez en revanche d’être surpris(e) de Georgio et de l’ambiance de l’album.
    C’est bien plus sombre, Georgio nous raconte ses dépressions, ses doutes, c’est un album sur lui et seulement lui mais c’est très touchant et bien plus “rap”, très très peu de refrains/couplets chantonnés, c’est introspectif.
    C’est moins mélodieux que Héra et très différent.

    Répondre

Laisser un commentaire