Que dire d’un article commençant par « Sur Reddit » ? Qu’il va être complètement fondé sur des commentaires d’une communauté majoritairement masculine et américaine ? Qu’il sera par conséquent médiocre ? Tout à fait.

C’est pourtant ce qu’a choisi de faire Topito, nous régalant d’arguments fallacieux comme on les aime. Ramenons donc un peu de véracité en reprenant point par point l’argumentation du top pour mieux la contrecarrer.

A noter que – malheureusement – par souci de simplicité nous n’évoquerons pas la question trans (l’article de Topito ne le faisant pas).

1. Garde des enfants

Les mères sont presque systématiquement désignées par le juge pour la garde des enfants, y compris quand la situation du père est plus stable que la leur. C’est vrai qu’il vaut mieux être gardé par une mère psychotique qu’un père.

J’en reste sans voix. Ça commence fort. Je pense que des sources auraient été les bienvenues. On note certes l’utilisation d’un « presque » de précaution (qui n’aura d’ailleurs aucun effet dans la conclusion), mais il faut comprendre que le tout s’appuie sur 2 témoignages Reddit.

Alors peut-être me direz-vous que je suis de mauvaise foi, peut-être que Topito a contacté les redditeurs en leur demandant les preuves de leurs assertions. Peut-être ont-ils vérifié que c’était aussi le cas en France en cherchant une source fiable. Mais cependant, comme le rappelait Rue89 le propos reste à nuancer.

On pourra également ajouter que cela apparaît comme un certain retour de bâton de cette « société […] largement patriarcale [aux] idées reçues [qui] n’épargnent pas les hommes » (mentionnée en début d’article). Celle-ci a cherché tout au long de l’histoire a faire de « mère » un métier, il s’agirait dès lors d’être cohérent.

2. Père absent

Un père avec sa fille sur ses genoux dans un lieu public en semaine est souvent considéré comme un pédophile en puissance ou, pire peut-être, comme quelqu’un qui s’implique ENFIN pour soulager la mère qu’on imagine harassée. […]

Mettons de côté le jugement de valeur du « pire » (à croire que cet article fait du second degré…) et le fait que je commence à me demander d’où sortent ces témoignages (qui de sain considère « souvent » un père comme pédophile en puissance ??).

Comme à plusieurs reprises il semble assez bizarre de voir que c’est bien une sorte de sexisme (« anti-femme ») qui se retournerait contre les hommes. Est-ce SI dérangeant que ça d’être « par défaut » considéré comme un père absent ? C’est sans doute bien peu face au fardeau qui est de s’occuper d’un enfant en tout temps.

De plus, n’est-ce pas là encore une fois une mentalité masculine qui veut que la mère s’occupe des enfants? D’ailleurs, l’article renvoie implicitement à un point de vue féminin. En effet, si tous les hommes promenaient leurs enfants au parc, ils ne se jugeraient pas entre eux. L’article laisserait donc entrevoir qu’il y aurait une majorité de femme qui s’occuperait de leurs enfants dans les lieux publics ? Allons…

Ça devrait plutôt être aux mères de s’indigner que l’on ne considère pas la présence d’un père dans un parc normale et que l’attention soit une fois de plus ramenée vers eux. Toi aussi, retourne le « sexisme anti-femme » grâce à Topito.

Aire de jeux à Metz

3. Pervers polymorphe

Traîner seul en fumant une clope dans un jardin plein d’enfants donne lieu à toutes sortes de suspicions bizarres. Surtout si on a le malheur de faire un sourire à un gosse qui nous a fait rire. Il semble que la clope ne soit pas la raison de cette suspicion.

Bon alors là j’ai rien compris (du moins je vois pas la différence avec le point 2).

4. Petite zoulette

Un homme qui se fait molester par sa copine n’est jamais, JAMAIS pris au sérieux. Même s’il a des bleus partout. Même si sa copine fait 1 mètre 95.

AU SECOURS (comme ils disent). Pourrait-on arrêter les jugements de valeurs en MAJUSCULE TOPITO ? Surtout quand ils ne sont appuyés par aucun propos. Il existe une association SOS Hommes Battus, qui prendra ces hommes TOUJOURS au sérieux. A noter que des hommes ont déjà gagné des procès pour s’être fait battre par des femmes (et de 2…). Ce qui ne se produit pas d’ailleurs que quand sa copine fait 1m95, comme l’explique cet article assez intéressant des Décodeurs.

5. Homosexualité

Il y a des professions qui, exercées par un homme, sont systématiquement sujettes à deux types de soupçons : soit le travail sera mal fait, soit l’homme en question est gay.

Exemple : coiffeur. […]

Faire croire que l’homophobie est du sexisme, il fallait y penser… A croire qu’on n’a jamais assimilé certains métiers (souvent majoritairement exercés par des hommes) aux lesbiennes.

6. Kidnapping

Un père célibataire est souvent traité bizarrement par l’administration quand il accomplit des démarches pour son gosse. « Où est sa mère ? » J’en sais rien, merde.[…]

Pas sûr qu’être traité bizarrement équivaut à être traité comme un kidnappeur mais ça n’engage que moi. De plus ça reste fondé sur des témoignages, dur de savoir si c’est la règle ou l’exception et puis « ce qui est affirmé sans preuve, peut être réfuté sans preuve ».

7. Harcèlement

Les chefs de service ne prennent jamais au sérieux le harcèlement sexuel quand il est exercé par une femme sur un homme. Comme si les hommes devraient plutôt profiter de la situation plutôt que se plaindre.[…]

Difficile de dire s’il s’agit là de sexisme ou pas. D’abord parce que le phénomène est difficilement sondable. On a donc du mal à savoir si, le cas de figure évoqué se produit fréquemment ou pas.

Ensuite, le chef de service est souvent un homme (plafond de verre). Ce point insinuerait donc qu’un homme puisse être « sexiste anti-homme », ça semble assez invraisemblable.

Enfin, cette attitude « sexiste » étant aussi ressentie par les femmes, on peut se demander si c’est donc bien un problème de genre. Peut-être bien que, peu importe le genre, les chefs de services font la sourde oreille face au problème d’harcèlement.

8. Minutie

C’est connu, les hommes manquent de patience. En tous les cas, ils l’entendent tout le temps dès qu’il s’agit de faire des travaux minutieux. Ce climat délétère a dissuadé plus d’un mec de revenir à son cours de patchwork.

Bien essayé mais le « c’est connu » n’est toujours pas une source valide. Topito ayant décidé de mettre tous les hommes dans le même panier (« ils ») je peux ici l’affirmer. Je n’ai jamais entendu ça (mes amis non plus d’ailleurs).

Au delà de ça, peut-on imaginer qu’un être humain puisse ignorer ce genre de délétères quolibets à mon égard ? Oui. Si ce n’est pas le cas, libre à lui de montrer que, oui, un homme peut faire du patchwork et ainsi clouer le bec aux « rageux·ses« . De plus, est-ce décent de se poser en victime de sexisme et mettre ça sur le même plan que celui ressenti par les femmes ? Non (mais ça reste mon avis).

Pas de soucis de stéréotypes ici

9. Transpi

Quand il fait super chaud, la plupart des boulots trouvent absolument normal que les femmes viennent en jupe ; en revanche, les hommes doivent se taper le pantalon bien épais parce qu’un short, ce n’est pas une tenue adaptée pour bosser. Bah oui, puisque la transpiration qui pue fait partie de la panoplie du petit garçon viril.

Mettez des jupes alors. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Aucune loi ne vous l’interdit. Aucune loi n’interdit le short au travail d’ailleurs, libre à vous de lancer votre révolution à base de #DemainEnShortAuBoulot. Plaignez-vous directement à votre chef de service de son sexisme anti-homme… du moins si c’en est vraiment.

Rien ne dit si c’est réellement à cause de la transpiration que l’on interdit les shorts. Au vu de certains regards on pourrait bien penser que c’est d’avantage pour regarder les jambes des jambes des femmes. C’est bête, un peu plus et ça aurait pu donner du « sexisme anti-femmes ».

Grande leçon de vie par le Professeur Skinner

10. Virility battle

Aussitôt qu’une tâche demande un peu de force physique, la plupart des femmes considèrent que c’est à un homme de l’accomplir. « Tu descendras le sapin », « Il faudrait que tu viennes en renfort pour le déménagement »[…]

Je pense que statistiquement (voilà vous avez gagné moi aussi je vais me mettre aux statistiques avec mon ressenti comme échantillon représentatif), autant d’hommes que de femmes ont ce réflexe de demander à être assisté par un homme pour les tâches physiques. Cela semble quelque peu logique, les hommes sont statistiquement (là c’est sourcé) plus musclés que les femmes.

Ça a beau être, plus ou moins expliqué, reste cependant la question primordiale du pourquoi. Est-ce dû au processus de socialisation et/ou à des différences innées biologique (comme on l’a l’entend suggéré et enseigné) ? Le débat reste ouvert mais bon, ça, on en parle pas sur Topito.

Conclusion

Un article bâclé qui tourne à vide grâce à 2,5 commentaires Reddit, on a connu mieux Topito. Cependant, si c’est à ça que ressemble le « sexisme anti-homme », autant lutter contre ; les préjugés n’ont jamais fait de bien à personne.

Aucune réponse

  1. Greg

    C’est une blague ?

    « Est-ce SI dérangeant que ça d’être « par défaut » considéré comme un père absent ? C’est sans doute bien peu face au fardeau qui est de s’occuper d’un enfant en tout temps. »
    Donc puisque les femmes l’ont (supposément) pire, ça invalide complètement la discrimination subite par les hommes ? Ah ben ça commence bien ! Du coup si tu te fais éclater les dents dans la rue mais que je me prend des coups de couteau, je veux pas t’entendre hein.

    « Il existe une association SOS Hommes Battus, qui prendra ces hommes TOUJOURS au sérieux. »
    Il existe aussi des associations qui prendront TOUJOURS les femmes au sérieux quand elles diront s’être fait violer, ça ne les empêche pas (à raison bien entendu) de s’indigner lorsqu’un policier ou la société en général ne le fait pas.

    « Faire croire que l’homophobie est du sexisme, il fallait y penser… A croire qu’on n’a jamais assimilé certains métiers (souvent majoritairement exercés par des hommes) aux lesbiennes. »
    Du coup si on le fait avec les lesbiennes, c’est normal de le faire avec les gays ? C’est ça ?

    « De plus ça reste fondé sur des témoignages, dur de savoir si c’est la règle ou l’exception et puis « ce qui est affirmé sans preuve, peut être réfuté sans preuve ». »
    Ah ben tiens on y revient. Du coup on balaye aussi de la main les statistiques qui parlent du pourcentage de femmes violées qui n’ont jamais porté plainte (et qui donc ne peuvent apporter aucune preuve, seulement leur témoignage) ? Ou on décide que le témoignage d’une personne a quand même un peu de valeur ?

    « Ce point insinuerait donc qu’un homme puisse être « sexiste anti-homme », ça semble assez invraisemblable. »
    Et les femmes qui traitent les autres femmes de putes parce qu’elles portent des mini-jupes, et que se faire violer elles l’ont bien cherché vu comment elles s’habillent, ça n’existe pas ?

    « Mettez des jupes alors. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Aucune loi ne vous l’interdit. Aucune loi n’interdit le short au travail d’ailleurs, libre à vous de lancer votre révolution à base de #DemainEnShortAuBoulot. »
    Parce qu’il est bien connu que tout ce qui régit la vie d’un individu et qui oriente ses décisions, c’est seulement la loi. Pas du tout la pression sociale.
    Du coup, aux femmes qui se plaignent de la pression sociale à devoir faire des enfants, tu leur dis quoi ? « Ben n’en fais pas, aucune loi ne t’y oblige, duuhhh » ?

    « Rien ne dit si c’est réellement à cause de la transpiration que l’on interdit les shorts. Au vu de certains regards on pourrait bien penser que c’est d’avantage pour regarder les jambes des jambes des femmes. C’est bête, un peu plus et ça aurait pu donner du « sexisme anti-femmes ». »
    Rien compris.

    Ce genre d’article ça fait beaucoup de mal à l’humanité. Pourquoi est-ce que dès que quelqu’un fait part des problèmes liés à son sexe, il y a toujours une personne qui se sent obligée de venir lui dire que l’autre sexe aussi a des problèmes et que même des fois c’est pire ?
    Pourquoi toi, Gaspard, tu te sens obligé de rabaisser les sentiments de ces personnes qui ont l’impression qu’on ne les traite pas justement ? Pourquoi est-ce que la seule façon que tu as d’envisager les choses c’est de mettre les hommes et les femmes face à face et d’opposer leurs problèmes ? Pourquoi est-ce que tu les considères pas tous comme des problèmes qu’on pourrait ensemble essayer de régler ? Ça me dépasse.

    Répondre

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques anonymes des visites. + d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer