L’année dernière, riche en sorties, a aussi vu le retour d’Alex Ridha, alias Boys Noize. Son album Mayday, désigné par beaucoup comme son meilleur long-format, ralliait la techno à la house, à la trap et aux breaks. La recette de ce mélange incongru nécessitait l’intervention de quelques producteurs et chanteurs, chacun maître dans son domaine. Baauer, Gesaffelstein, Surkin, Totally Enormous Extinct Dinosaurs, Poliça, Hudson Mohawke… Un palmarès de choix qui, allié à un message fort, celui de la rébellion, explique la réussite du projet. On en retiendra notamment l’excellent Overthrow, qui montre que même seul, Ridha est capable de créer des bangers inévitables.

L’après-Mayday

Après un EP de remixes centré autour du morceau Midnight, où Mr. Oizo, Audion et Addison Groove excellent dans leur catégorie respective, Boys Noize présente deux EP 7-titres qui reprennent presque toutes les pistes de Mayday. Sobrement intitulés Mayday Remixes Part. 1 & 2, ces deux petites compilations regroupent respectivement des reprises de Boys Noize lui-même, mais aussi et surtout des relectures d’étoiles montantes de la scène électronique internationale.

Part. 1

La versatilité du matériel de base, l’album Mayday donc, est particulièrement bien démontrée dans le premier EP puisque Boys Noize y reprend lui-même ses morceaux.

Il transforme ainsi les deux bombes qu’étaient Mayday et Dynamite en des objets musicaux encore plus explosifs, en y appliquant quelques modifications mineures.

Overthrow devient Overdub en délaissant la structure techno moderne de l’original pour approcher une acid house au groove contagieux.

La reprise de Starchild plonge l’auditeur dans tout ce que l’original a d’atmosphérique, avant de lui asséner des coups de kicks sourds et saturés. Cela rend cette version fortement compatible avec l’atmosphère des festivals.

ROME 🇮🇹 03.18.17 #Warehaus

A post shared by Boys Noize (@boysnoize) on

Le « Silent Mix » de 2 Live délaisse les festivals pour rejoindre les clubs en déroulant une house progressive et très découpée.

Enfin, Boys Noize propose un intense bootleg d’Euphoria épaulé par MXM, où l’on s’approche dangereusement de l’ambiance d’un Rollin’ n’ Scratchin. L’EP s’achève sur un remix happy trapcore de Birthday par Rockwell qui met tout le monde d’accord.

Part. 2

C’est dans la deuxième partie des remixes que l’on assiste à une éruption d’originalité de la part de Chambray, Raito, Tensnake, Jensen Interceptor, Amato et GILA. Cependant c’est encore Boys Noize qui ouvre les hostilités avec un edit d’Overthrow taillé spécialement pour les clubs. La force du morceau original est décuplée par la prolongation des drops et l’omniprésence accrue de l’analogique. GILA entraîne Rock The Bells dans des détours plus sombres pour s’approcher d’une trap enfumée qui rappelle le travail récent de Brodinski.

On continue à progresser dans les ténèbres avec le remix techno brutal d’Euphoria par Amato. Le tout avant d’être baigné dans la douce lumière du remix house de Starchild par Tensnake.

Raito livre ensuite une reprise hybride de Midnight, au croisement de la house et de la techno. Il atteint et dépasse même l’énergie déployée dans la musique rave des années 90. C’est un banger immanquable de cette année et même peut-être des années à venir. Le producteur caennais est à suivre de très près.

C’est ensuite au tour de Jensen Interceptor, proche de l'(ex)label Bromance, de Louisahhh!!! et de Maelstrom, de transformer l’erratique Hardkotzen en un édifice techno terriblement efficace. Enfin, Chambray applique sa touche usuelle à Birthday, pour en faire un DJ-tool dont Jimmy Edgar serait fier.

Conclusion

Ces 14 remixes se présentent comme la continuité directe du projet original, preuve en est le choix artistique des artworks. La pochette de Mayday brûlée renvoie au message de révolte prôné par l’album. La division en deux parties est judicieuse, proposant les relectures de Boys Noize lui-même d’abord, avant de laisser le champ libre à ceux qui font la musique électronique d’aujourd’hui et de demain.

Les meilleurs remixes que vous entendrez ce mois ci. Disponibles sur iTunes (Partie 1 et Partie 2) et sur Amazon (Partie 1 et 2).

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques anonymes des visites. + d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer