Le week-end dernier, c’est le son du Black Bass Festival qui a animé la petite ville de Braud et St Louis. Pour la quatrième édition, des groupes de tous horizons ont joué des sons allant du rock alternatif au métal, en passant par le blues.

Un vendredi au Black Bass Festival

En tête d’affiche du vendredi soir, on a notamment retrouvé Poni Hoax, groupe français de rock électro articulé autour du chanteur déjanté Nicolas Ker (« On ne boit pas assez de whisky, on ne fume pas assez de clopes »). Poni Hoax a su captiver la foule grâce à une performance aussi spectaculaire que professionnelle, qui lui aura valu de nombreuses acclamations et mouvements de danse de la part du public.

Autre groupe très attendu de cette édition, Totorro a livré un concert de math-rock, rock aux tonalités très calculées et rythmées qui fait leur signature musicale. Loin de leur Bretagne natale et des parties de Game Cube à la suite desquelles leur groupe s’est formé il y a plus de huit ans, les rennais ont apprécié l’ambiance du festival. Et pour cause, Totorro a déjà joué avec Ropoporose et Cheveu, deux autres groupes présents.

Le frère et la soeur de Ropoporose ont quant à eux attendri le public en proposant une prestation où la complicité et la proximité des deux artistes se ressentait fortement. Le concert de qualité a également permis un grand dialogue avec un public très enthousiaste et réceptif.

Les jeunes de Pogo Car Crash Control ont ensuite secoué le site avec un rock puissant, plein de personnalité et ponctué de provocation, qui aura valu de nombreux pogos.

Dernière tête d’affiche du vendredi soir, le trio de Cheveu s’est démarqué par des morceaux aux styles très variés, effectuant notamment des reprises de hip hop. Cette prestation surprenante aux inspirations multiples a su captiver le public qui se déhanchait au rythme des mélodies.

vendrediii

Le samedi soir, c’est le groupe bordelais Calc qui a ouvert la soirée de concerts. Leur jeu musical était plein d’émotions, à l’image des quatre copains qui se retrouvaient en exclusivité sur scène après huit ans de séparation. Le chanteur Julien Pras, qui a également joué en solo au cours de l’après-midi, a su toucher le public, s’adressant à lui à de multiples reprises. Un public qui pour une part suit le groupe depuis vingt ans déjà.

Les Suédois de Truck Fighters ont quant à eux proposé des morceaux de stoner-rock, plein de caractère et d’énergie, qui en ont fait danser plus d’un !

Ce fut ensuite au tour de Lysistrata. Les trois membres originaires de Saintes étaient très attendus pour cette édition. En effet, les jeunes ont enchaîné les festivals récemment, faisant d’eux un des groupes montants du rock français actuel. Très contents de jouer à un festival dédié au rock, leur enthousiasme s’est traduit par un grand dynamisme et professionnalisme et ce malgré leur jeune âge (les membres ayant entre 17 et 19 ans).

Les deux membres charismatiques de Black Bird Hill, mêlant à la perfection le son de la guitare et celui de la batterie, ont pour leur part livré un show de grande qualité. L’alliance très maitrisée des voix et des instruments a apporté une pluralité d’émotions donnant un grand cachet au blues-rock pratiqué par le groupe originaire de Bordeaux.

Pour clore la soirée du samedi, les British de Hark et leur stoner metal ont dynamisé le public grâce à une voix et des tempos percutants. La performance du groupe a su maintenir un public dansant jusqu’à la dernière note.

Le Black Bass a également organisé son traditionnel « Air Guitar Contest » au cours de la soirée du samedi, discipline pour le moins originale consistant à mimer un jeu de guitare, mis en scène avec des déguisements farfelus.. (Un événement à ne pas louper! ).

Outre des concerts et animations de qualité, il est tout aussi important de saluer le superbe accueil de la ville vis-à-vis du festival, ainsi que tout aussi bonne organisation de ce dernier. Ajouté à cela, un site très propre, chaleureux et arboré, disposant de deux scènes et de nombreux stands (food trucks, stands sanitaires, vente de vinyles, tatouages éphémères etc.), qui rend l’expérience du Black Bass Festival extrêmement agréable, à tenter sans hésiter !

Bar du Black Bass Festival, bonne ambiance

© photo de l’article et de la story Instagram : Élisabeth Ambourhouet

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs pour réaliser des statistiques anonymes des visites. + d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer