Détective Pikachu s’avère être avant tout une succession de bons moments. Malgré des défauts et longueurs, le film déborde d’une énergie émouvante

Il faut s’imaginer Pikachu avec une casquette de détective en images de synthèse. Il faut aussi imaginer Diplo mixant devant un combat opposant un Tortank à un Ectoplasma.

Une relation père-fils compliquée qui va devoir en traquer une autre ; ne pas faire un deuil pour mieux en accepter d’autres ; un cocon familial et sentimental à substituer à celui d’une vie stable et solitaire. On retrouve pèle-mêle des airs de Princesse Mononoké, Dragons 3 et Blade Runner pour nous convaincre d’une chose : il est impératif de devenir ce que l’on doit être.

Qu’est-ce qui est jaune et qui passe parfois longuement ?

Naturellement, le long-métrage tombe dans le piège du film pour enfants. Beaucoup trop de scènes sont (mal) jouées d’avance (on ne remercie pas Justice Smith) mais durent quand même.

Kathryn Newton (3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance, Lady Bird) et Justice Smith (Jurassic World: Fallen Kingdom) dans Pokémon Detective Pikachu
Le jeu d’acteur est pas toujours top

C’en est d’autant plus agaçant que les répliques plates composées de “maintenant que nous avons ça, il nous faut ça” se multiplient. Comme on s’y attend aussi, les choses ne tournent jamais mal très longtemps et les solutions se trouvent facilement.

À l’inverse, on aurait aimé que le film soit un peu plus mature autant dans la forme que dans le fond. Les plans et l’étalonnage bleu/violet ne sont pas sans rappeler Blade Runner et leur musique celle d’Oneohtrix Point Never pour Good Time. Malheureusement, cette esthétique disparait progressivement avec l’aspect policier au profit des scènes d’actions. Il se met à tout le temps faire jour et les personnages deviennent très lisses.

Mais on pardonne bien des choses à ce film pour enfants. L’importance n’est pas là. Assister à deux projections en une semaine m’en aura convaincu : on peut passer à côté de ces défauts pour apprécier.

On t’a déjà dit que t’étais une beauté numérique ?

Ce qui est à retenir de ce film c’est l’incroyable attention portée aux détails. De la première scène au générique, Détective Pikachu regorge de petits easter eggs qui feront plaisir à quiconque scrute les images. Et qu’est-ce qu’il est agréable de voir à quel point l’univers a été développé. Une pastille d’assurance sur les voitures, un logo pour le train, des buildings qui ne sont pas tous pareils, des costumes pensés pour être assortis au Pokémon : tout a été minutieusement conçu.

Tim (Justice Smith) arrivant à Ryme City
Ryme City, la ville dans laquelle se déroule la majeure partie de l’histoire, développe et prolonge à merveille l’univers Pokémon

Les incrustations de Pokémon sont toujours visuellement impeccables (plus que les dragons de Game of Thrones) et le bestiaire plutôt fourni. Certaines scènes auraient même pu être tournées de manière à ne pas devoir modéliser les Pokémon et pourtant elles sont bien là.

Boules de poil(ade)s

Tous ces détails convergent vers le même objectif : rendre ces 105 minutes jubilatoires. Et quand les nappes de synthés retentissent devant un Ryme City présenté en travellings et en drone, c’est réussi. Pareil pour toutes les fois où l’on rit pour bien des raisons différentes. Comique de situation, d’action et même blagues sur le monde du travail se succèdent et se complètent.

Pikachu et sa casquette de policier devant des merguez
Pikachu en poils et en os

Détective Pikachu n’est pour autant pas simpliste. L’intrigue réserve quelques surprises et si l’on se penche sur certains détails, ils apparaissent plus réfléchis qu’à première vue.

Illustration en spoiler mineur : l'Osselait
L’Osselait est un Pokémon ayant perdu sa mère tout comme Tim. Les deux personnages se ressemblent et pourtant, faute de communication, l’ignorent… comme Tim et son père.
C’est donc à la fois la relation entre son père et celle avec sa mère que le Pokémon symbolise.

De la part de mon enfance ayant toujours rêvé de ce film, à ce film qui rappelle qu’elle ne s’arrête jamais vraiment complètement, merci.

Pokémon Détective Pikachu fait des étincelles
Malgré les contraintes inhérentes destinées à un film pour enfants, Pokémon Détective Pikachu mêle rires et émotions pour faire passer un message nécessaire
Musique75%
Action83%
Pikachu qui chante le générique de la série100%
Scénario75%
Acteurs50%
Character development35%
Cool
  • Les scènes de combat
  • L'humour
  • Le soucis du détail
Laborieux
  • Un scénario pas toujours très clair et pourtant attendu
  • Des personnages pas assez travaillés
  • Le jeu d'acteur
70%Note Finale
Note des lecteurs: (3 Votes)
70%

A propos de l'auteur

Gaspard

Grand g❀urou du site. 50% France Culture, 50% rap alternatif, 50% musiques électroniques moisies, 100% fluid, 0% de dignité.
Quelque part entre Pascal et Cioran, rages et fleurs ; vivre la tête haute et le cœur léger, transformer la nuit en matin.

Articles similaires

Laisser un commentaire