Insouciance, acception et mal-être décomplexé : les clés des Skyblogs pour un avenir meilleur

Avant les podcasts sur le virilisme, avant Fauve, il y avait le skyblog. Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Les skyblog avant l’effondrement

Les skyblogs étaient kitschs, laids, truffés de fautes d’orthographe, sous perfusion de Blingee, sans aucun souci de copyright et de droit à l’image. Mais ils avaient un mérite, celui d’être des journaux intimes à ciel ouvert.

Être émo sur Skyblog en 2013 (les visages ont été floutés)

Les skyblogs, c’était le mélo des comptes privés Twitter, les “Trigger Warning” en moins, un certain esprit de communauté en plus. On y exposait pêle-mêle ses erreurs, ses échecs, son droit de souffrir et son remède : son refuge, ses amis, ses espoirs.

Esprit Skyblog en phoenix

Petits, on avait les mêmes sapes ; plus grands, les mêmes armesPNL, Deux Frères

Les skyblogs ont beau avoir disparu, leur esprit a survécu.

Aujourd’hui, Dolan fait (maladroitement) des autofictions pour montrer à quel point la défense des enfants homosexuels américains mérite autant d’attention que les scènes de guerre au Moyen-Orient.

https://www.youtube.com/watch?v=HPmS8Iu432E

Même le rap s’autorise à montrer sa fragilité. Les égotrips virilistes sont devenus des confessions spleeneuses sur sa propre finitude (de Jorrdee à PNL en passant par Hyacinthe, Vald et Columbine).

On a eu beau rire de Fauve et de Saez, aujourd’hui les phrases mélo-romantiques de Booba sous autotune ne choquent personne.

Destination égo

L’introspection se développe et cela n’a rien de blâmable. Alors qu’on pourrait y voir le triomphe de l’individualisme, peut-être faut-il y voir l’amorce d’un nouveau signe de ralliement.

Les créations artistiques récentes ont définitivement tourné la page des représentations des groupes en tant que sujets. Personne n’a plus envie de se considérer comme atome d’une société.

Il serait bien donc bien vain de vouloir raconter une histoire où les personnages ne seraient que des engrenages d’un rouage scénaristique. Personne n’aurait envie de voir une aventure où l’on s’attacherait au destin d’une classe sociale plutôt qu’à celui d’un individu. Voilà peut-être pourquoi les dernières tentatives de ce faire étaient en noir et blanc.

https://www.youtube.com/watch?v=ucfzkOvUGqs&ab_channel=Rapha%C3%ABldeLaroche
Scène dite des “Escaliers d’Odessa” issu du Cuirassé Potemkine (Eisenstein, 1925). Le montage y fait ressortir la masse plutôt que l’individu.

Le seul espoir est donc de présenter et de définir le personnage par ses pensées plutôt que par ses actions, comme au temps des Skyblog. Cette introspection est le moyen de faire gagner le personnage en profondeur (et de le développer).

1 = 1

Dame Eboshi : Dis-moi quelles sont tes intentions ? Ashitaka : Porter sur le monde un regard sans haine.Hayao Miyazaki, Princesse Mononoké

Peut alors se développer une introspection comparée (qu’est-ce que je pense, moi, par rapport à l’écran ?) qui nous pousse à nous projeter en l’autre. Comprendre un skyblog (comme Evangelion comme Bojack comme Houellebecq comme Dolan), ne se fait qu’en se mettant à la place de l’autre.

À ce titre, Rocky était bien meilleur que Creed II. Malgré leurs difficultés à communiquer, les personnages du premier opus étaient plus humains et complexes que les personnifications mécanisées de la détermination sans nuance de Creed II.

Cet aller-retour dialectique permanent que nous offrent ces œuvres débouche sur deux issues. Soit admettre d’être semblable à un autre, soit rejeter son altérité.

Capture d'écran d'Hiroshima Mon Amour (Alain Resnais, Marguerite Duras)
Capture d’écran d’Hiroshima Mon Amour

La force du skyblog (comme de la focalisation sur la psyché en générale) est alors de rejeter l’autre sans jugement aucun. Comprendre que derrière les actions à priori incompréhensibles, il y avait une logique… pas la sienne, non, mais une logique qui se valait tout autant.

Pour que l’art revienne une porte vers l’acceptation de l’autre, le skybloguiser est nécessaire.

A propos de l'auteur

Gaspard

Grand g❀urou du site. 50% France Culture, 50% rap alternatif, 50% musiques électroniques moisies, 100% fluid, 0% de dignité.
Quelque part entre Pascal et Cioran, rages et fleurs ; vivre la tête haute et le cœur léger, transformer la nuit en matin.

Articles similaires

Laisser un commentaire