Réduire le temps de travail pourrait aider à sortir de bien des crises. Travailler moins pour (sur)vivre plus en sorte…

Sans doute sommes-nous allés trop loin. Un Français travaille en moyenne 36,3 heures par semaine pendant que le chômage continue d’avoisiner les 9% et que les banquises fondent. On peut voir dans cet acharnement une spécifié humaine – les fourmis, par exemple, sont en grande partie oisives. Alors que faire ? Réduire le temps de travail est une piste.

Mieux répartir le travail

“Chasser le matin, pêcher l’après-midi, m’occuper d’élevage le soir et m’adonner à la critique après le repas, selon mon envie, sans jamais devenir chasseur, pêcheur, berger ou critique”Marx et Engels, L'Idéologie allemande, 1845

Si le travail est étymologiquement lié à la torture, il apparaît aussi être une chance. D’abord car c’est un facteur d’intégration et, éventuellement, de satisfaction de soi.

Ensuite, car il pourrait disparaître. L’accélération généralisée de la marche du monde a amené l’homme à faire usage de robots pour satisfaire de ses désirs. Dans un premier temps, paradoxe de Solow oblige, la robotisation a causé plus de reconversions que de destructions d’emplois. Néanmoins, ce paradigme pourrait changer avec l’intelligence artificielle. Des robots seront bientôt capables d’eux-mêmes réparer les robots. Le travail de l’homme se justifiera de moins en moins, qu’il soit dans les services ou l’industrie.

Keynes prédisait, statistiques à l’appui, que pour ses petits-enfants :

“Trois heures de travail chaque jour par roulement ou une semaine de quinze heures peuvent ajourner le problème pour un bon moment.”

J. M. Keynes, Perspectives  économiques pour nos petits-enfants (1930)

Mais où l’humanité a-t-elle alors déraillée ?

Moins de travail pour plus d’utilité

La réponse se trouve sans doute dans les bullshits jobs. Ces boulots qui brassent du vent, qui n’ont aucune utilité sociale si ce n’est d’augmenter le chiffre d’affaires d’une firme qui vend des produits que personne n’a spontanément demandés. Cette “forme d’emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflue ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence, bien qu’il se sente obligé pour honorer les termes de son contrat de faire croire qu’il n’en est rien”.

Ces “jobs à la con” que David Graeber décrit dans son livre homonyme, ce sont ceux de consultant, de responsable de communication, de lobbyiste ou encore d’avocat d’affaires.

I. Affronter un défi écologique

Supprimer ces emplois inutiles et/ou pénibles serait une solution à la surproduction. Comme le disait l’ONG spécialisée dans les thématiques liées au travail “Automity” :

Le niveau actuel de travail excède celui qui pourrait être considéré comme durable.

Automity, The Ecological Limits of Work

Inspiré d’un article intitulé Reducing Growth to Achieve Environmental Sustainability: The Role of Work Hours, l’étude en vient à la conclusion suivante : moins de travail = moins de (sur)production = un monde plus durable. Et ce pour plusieurs raisons :

  • Les ménages auraient plus de temps pour transformer les matières premières. Ils auraient donc moins de robots qui consomment des ressources. Concrètement, en faisant vous-même votre cuisine, vous évitez qu’une machine confectionne votre sandwich triangle et vous le conditionne sous plastique.
  • Les gens ayant plus de temps pour eux seraient moins pressés et exigeraient moins de transports rapides et polluants.
  • Et surtout, les individus gagneraient en bien-être en ayant plus de temps libre. Cela leur permettrait de trouver leur bonheur sans avoir besoin de consommer. Une piste intéressante quand on sait comment fonctionne le l’addiction.

Le rapport conseille à la France de limiter son temps de travail à 5 heures et demie par semaine.

II. Répondre à la crise politique de la représentation

Les semaines courtes pourraient se révéler utiles dans un tout autre domaine. Si la politique échoue, c’est peut-être avant tout car nous manquons de temps. Nous manquons de temps pour réfléchir aux problèmes et pour nous écouter. Les grands débats, les élections, les réunions de quartiers se suivent et se ressemblent. Et souvent le constat est triste : ce sont les personnes âgées, celles “qui n’ont rien d’autre à faire” qui participent… Ce qui justifie que l’on ignore ces consultations.

Ne plus rien avoir à faire permettrait à tous de dégager du temps pour s’investir dans la politique. Prendre le temps de se faire un avis, d’en discuter… et de voter ; de revenir à un régime délibératif plus sain en somme.

III. Rester en vie(s)

Le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaieté de leurs jeux. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécueRobert Kennedy

Ne rien faire c’est aussi l’occasion d’apprendre à se connaître, à porter attention à l’autre, ses préoccupations, échanger et donc à se maintenir en vie au sein d’une communauté.

Cette affirmation n’est pas qu’à entendre au sens figuré. Chaque année en France, ce sont plus de 550 personnes qui meurent au travail. Même si travailler moins n’éradiquera pas le problème, on constate que moins travailler diminuerait le risque de problèmes de santé mentale.

IV. Retrouver du temps d’attention disponible

Le travail nous occupe et maltraite aussi notre attention. Si certaines causes et œuvres peinent à intéresser, c’est aussi que les gens n’ont plus le temps.

Et comment avoir la force mentale de s’intéresser à la déforestation, aux taux d’intérêts ou aux inégalités après une journée de travail éreintante ? D’ailleurs, comment avoir envie de s’intéresser à la politique dans un monde qui court à sa fin quand on a juste envie de terminer sa journée ?

Plus de temps pour soi, c’est aussi plus de temps pour le journal, les documentaires et Underlined.

Une réponse

Laisser un commentaire